Il resoconto di Brigitte Leloup e Thierry Corona

(Association des Sommeliers d’Europe) Qui connaît FIVIZZANO? C’est un superbe village en Toscane, dans la province de Massa Carrara, reflet de la bourgeoisie florentine. Nous y étions attendus pour la présentation du livre «Vermentino, vitigno che sente il mare », ouvrage que nous vous avons déjà présenté dans le compte rendu sur la dégustation des Vermentini qui a eu lieu le 4 avril dernier au salon Vinitaly à Vérone. Un début de journée assez difficile après un départ retardé de 4 heures à cause d’un accident ayant stoppé le train de notre président, puis de l’autre côté de la frontière, des bouchons sur plus de 40 km suite au retour d’un week-end prolongé de nombreux italiens (le 2 juin étant en Italie la Fête de la République) Finalement, nous sommes arrivés à Fivizzano où nos hôtes nous attendaient impatiemment. Un peu de culture: Il faut savoir que les premiers livres, avec les premiers caractères typographiques italiens, ont été imprimés en Italie en Lunigiana (plus précisément à Fivizzano) par Jacopo da Fivizzano, de 1471 à 1474. Le village entier était mobilisé et tous les meilleurs produits du terroir, fromages, huiles d’olives, vins……. y étaient présentés. Promenade dans les rues de Fivizzano en compagnie de notre hôte Vittorio MARCELLI Après la conférence programmée sur la présentation de l’ouvrage de Pier Paolo Lorieri et du Professeur Mario Fregoni, nous avons été gentiment pilotés par Monsieur Vittorio Marcelli, conseiller municipal délégué à l’agriculture, agritourisme et produits du terroir, et nous avons pu ainsi goûter certaines spécialités. Ambiance festive et détendue autour d’un verre de Spumante Et d’une focaccina au lard de Colonnata Mardi matin, après une bonne nuit de sommeil, nous étions attendus chez Pier Paolo LORIERI au Podere Scurtarola, domaine situé en haut d’une colline avec une vue plongeante et imprenable sur les vignobles environnants. SCURTAROLA : C’est là un terme du patois de la zone qui indique le raccourci. Ce nom a été donné autrefois au petit chemin de Scurtarola qui relie, en se joignant à d’autres sentiers et en passant par les vignobles de Candia, la banlieue de Massa à Carrara. Au bout de la première montée, la maison du bisaïeul «Federico» représentait, grâce à sa position, l’étape obligatoire pour celui qui, fatigué par le parcours et par le poids transporté plus souvent sur son dos qu’à dos de mulet, cherchait un peu de repos. La treille de la maison permettait de se rafraîchir, et un bon verre de vin offert de bon cœur par Federico d’abord et par Ottaviano ensuite, donnait le réconfort nécessaire à la reprise du chemin. Aujourd’hui, seul un tiers du chemin est praticable, mais Scurtarola reste pour celui qui traverse les collines de Candia, le bâtiment qui, perché sur les coteaux de Gabbiano et Palancato, a représenté le centre de l’entreprise pendant 100 ans. Ce nom rappelle le courage de l’homme qui, il y a longtemps, a vu dans cette zone isolée, une source de revenus, et qui avec confiance et opiniâtreté y a construit sa maison. La marque «SCURTAROLA» restera à jamais la signature de l’homme qui y a bâti son avenir et celui de ses descendants, avec pugnacité et clairvoyance. Installés sur la terrasse dominant la vallée, nous avons dégusté les vins du Podere Scurtarola, notamment son fameux VERMENTINO NERO, rebaptisé VERNERO.

GOCCE DI PIETRA 2007 DOC Candia dei Colli Apuani Mise en bouteille en avril Robe jaune or pâle aux reflets cristallins Nez fin et élégant, amandes douces et agrumes Bouche grasse, gourmande, épices douces. Vin équilibré de par son volume, sa fraîcheur et une belle acidité

 

 

VERMENTINO 2004 IGT 1 an en barrique Robe or de bonne intensité, brillante et limpide Nez miel d’acacia, vanille fraîche, menthe poivre Bouche ronde, boisé fin et fondu, acidulé qui confère au vin une très belle fraîcheur. Finale balancée entre le gras et l’acidité, beurrée. Très belle impression de fin de bouche. Sur un Risotto aux Saint-Jacques ou une Aile de Raie au beurre noisette

 

VERNERO 2005 IGT Toscana 1 an de fût neuf Robe rubis intense aux reflets et disque violine Nez petits fruits rouges, cerise à l’eau de vie, notes chocolatées, grillées, un nez empyreumatique Attaque en bouche progressive où l’on retrouve la cerise à l’eau de vie, acidité présente en finale qui garde au vin une superbe fraîcheur, tout en laissant présager encore quelques belles années Sur un pigeon ou une pintade, une côte de bœuf en croûte de sel, un magret de canard aux figues, sur des petits gibiers non marinés

SCURTAROLA rosso 2007 IGT Toscane 40% San Giovese, le reste en cépages locaux Robe violine, intense, au disque brillant et limpide Nez noyau de cerise, confiture de cerise encore chaude Bouche simple mais combien gourmande, vin de pur plaisir et pour lequel on ne se pose pas de questions. A servir frais, entre 15 et 18°

 
FEDERICO I Anno 4 Grappes mises a sécher suspendues sur des fils jusqu’au 24 décembre Robe cuivrée, vieil or, aux reflets ambrés Nez confit, figue, raisins de Corinthe, pruneau, touches de cacao. Notes de vieux Cognac ou de vieux Cherry Bouche fluide et gourmande où l’on retrouve tous les arômes du nez, léger rancio en finale, noix caramélisée Sur un gâteau aux marrons et aux noix, sur des marrons glacés, sur une glace à la confiture de lait

 

LUCI DEL TRAMONTO amabile 2007 DOC Robe jaune vif, brillante et limpide Nez très typé Vermentino, agrumes et pêches de vignes, brugnons frais Belle fraîcheur en bouche, bonbon acidulé, bonne longueur Superbe sur une foccacina au lard de Colonnata

 

 

Ce vin a été élaboré en souvenir d’un vin que consommaient les ouvriers lorsqu’ils sortaient du travail. Il faisait office de « juge de paix » dans les ménages, car l’ouvrier qui le buvait dans des verres appelés « francesino » ne se bornait pas à en boire qu’un seul,…………….. et après avoir trinqué et payé sa tournée dans plusieurs trattorie de la région, il rentrait à la maison « un peu fatigué », mangeait sa soupe et s’effondrait sur son lit jusqu’au lendemain. Les discussions et disputes étaient ainsi bien souvent évitées.

Lascia un commento